Nederlands - Français - English

NTAA’19 – LAURÉATS
Zebrastraat Gand

Organisation: Fondation Liedts-Meesen & Zebrastraat

Prix du public
495 visiteurs ont voté. Les 5 projets suivants ont reçu 30 votes ou plus :
– The Timid Wilderness by Miranda Moss (ZA) (139)
– Doing Nothing With AI by Emanuel Gollob (AT) (69)
– Perfect View by Daniel Jolliffe (CA) (54)
– Probably Chelsea by Heather Dewey-Hagborg (US) (34)
– bearing by Greg Marshall (CA) (33)
« The Timid Wilderness est une installation immersive et interactive constituée d’une jungle luminescente. Ces fleurs sont sensibles aux sons, en particuliers ceux produits par les humains; elle se referment dès que leur environnement devient trop bruyant et s’épanouissent à nouveau lorsque le silence est rétabli. Inspirée d’insectes pollinisateurs capables de détecter sur des fleurs des motifs qui ne se dessinent que dans le spectre des ultraviolets, l’œuvre figure l’apparence de ce monde surnaturel et lumineux et interrogée la manière dont nous communiquons avec notre milieu. L’interaction ludique avec The Timid Wilderness, installation visuellement décadente, n’empêche pas de retrouver en filigrane une thématique plus sombre: les capacités destructives du genre humain et leur incidence sur la planète. L’œuvre est largement fabriquée à partir de matériaux recyclés. A travers le jeu, elle vise à sensibiliser les plus jeunes à l’équilibre entre écologie et technologie et particulièrement à des notions comme le biomimétisme. »

Prix du jury
Tous les huit membres du jury international - Fondation Liedts-Meesen, Jean-Marie Dallet (artiste et professeur à l’Université Paris 8), Stef Van Bellingen (responsable artistique de WARP, Sint-Niklaas), Nick Ervinck (lauréat du prix du public NTAA 2008), Yves Bernard (directeur artistique de iMAL Bruxelles), Alain Thibault (directeur artistique d’Elektra Montréal), Ralph Dum (agent scientifique et expert principal de la Commission européenne) et Karen Helmerson (programme directeur des médias électroniques, du film et des arts visuels au NYSCA) – ont annoncé leur avis. Six projets ont reçu six voix ou plus:
– Probably Chelsea de Heather Dewey-Hagborg (US) (13)
– Perfect View de Daniel Jolliffe (CA) (10)
– Putting the Pieces Back Together Again de Ralf Baecker (DE) (8)
– Nonfacial Portrait de Shinseungback Kimyonghun (KR) (7)
– Summerland de Matthew Ostrowski (US) (6)
– Asemic Languages de So Kanno and Yang02 (JP) (6)
« Probably Chelsea consiste en trente portraits probables de Chelsea Manning crées grâce à un algorithme à partir de l’analyse de son ADN. Les données génomiques peuvent en dire beaucoup sur notre identité et sur ce qui nous sommes. Probably Chelsea va encore plus loin en présentant 30 versions différentes du portrait de Chelsea. Suspendu aux différents hauteurs, les visages sont rassemblés comme une foule. La forme de l’installation a été inspire par des conversations avec Chelsea au sujet des limites de l’empreinte génétique et de l’incroyable mouvement en faveur de sa libération. Probably Chelsea évoque une sorte de solidarité génétique; à un niveau moléculaire, nous sommes tous Chelsea Manning. Chaque variation génomique est une donnée à part entière, un nouvel indice et une autre histoire potentielle. Plus on assemble de données, plus certaine options deviennent probables et d’autres histoires sont toujours envisageables. Probably Chelsea dépeint ces histoires alternatives et représente un échantillon de nombreuses histoires que l’AND de Chelsea peut raconter. »

Le projet a reçu une appréciation positive de trois juges différents. L’œuvre proposé répond aux exigences du concours et à ses règles en matière d'utilisation esthétique des nouvelles technologies, en réponse aux valeurs contemporaines.

Prix en collaboration avec le programme STARTS de la Commission européenne
Ce prix est attribué à Putting the Pieces Back Together Again de Ralf Baecker (DE).
« La installation cinétique Putting the Pieces Back Together Again est un système complexe doté d’un comportement auto-organisé et émergent. Le dispositive constitue aussi une enquête et une réflexion artistiques sur la méthode scientifique contemporaine. L’œuvre interroge la communication non hiérarchique et le comportement collectif en représentant physiquement un système de ce type par l’intermédiaire d’une multitude de protagonistes électromécaniques. Putting the Pieces Back Together Again est constituée de 1250 moteurs pas à pas disposés sur un support vertical. Chaque moteur est équipé d’une aguille en verre acrylique. Le rayon des aiguilles est tel que chacune chevauche ses voisines. En cas de collisions, les aiguilles changent de sens de rotation. L’interaction de nombreuses entités permet l’émergence d’un comportement complexe à la surface de l’installation qui crée spontanément des motifs. En manipulant les signaux pendant la durée les aiguilles semblent négocier leur position en fonction de celle de leurs voisines. Putting the Pieces Back Together Again agit comme un instrument épistémologique d’observation des dynamiques que forment des organisations collectifs non hiérarchiques et que l’on retrouve dans entre autres le système social, l’économie, le climat et la biologie. »

Ralph Dum: «L’œuvre de Ralf Baecker est une réflexion sur l'interaction et l'émergence. Un certain nombre de pièces identiques (les puces et les actionneurs dans chaque moteur) créent un système qui se comporte de manière aléatoire, chaotique. "

Chaque artiste du projet lauréat se voit attribuer un prix de 5 000 €.

L’appel à candidatures pour NTAA’21 sera diffusé le 1er novembre 2021.

 












Powered by @Assist